Skip to content

L’Opposition officielle demande la nomination d’un médiateur dans la crise du travail en cours

septembre 28, 2021Non classifié(e)

L’Opposition officielle demande au premier ministre Higgs de nommer immédiatement un médiateur indépendant pour travailler avec le gouvernement et les sections locales du SCFP qui sont actuellement dans une impasse dans leurs négociations avec le gouvernement. Plus de 93 % des 9400 votes exprimés lors des récents votes de grève sont en faveur d’une grève ou d’autres mesures de pression.

 

« Le gouvernement Higgs a créé une autre crise – cette fois, il a poussé les syndicats du secteur public au bord du gouffre et ne leur a laissé d’autre choix que de tenir un vote de grève », a déclaré Roger Melanson, chef de l’Opposition officielle. « Malgré les appels répétés de notre part et de celle des syndicats pour que le premier ministre retourne à la table de négociation, il a choisi de ne pas écouter.  Et ce, à un moment où les travailleurs et travailleuses qui fournissent des services publics essentiels sont au bord de l’épuisement professionnel et où le défi de recruter et de retenir les travailleurs et travailleuses n’a jamais été aussi grand. »

 

Plus de 20 000 travailleurs et travailleuses, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, des collèges communautaires, des tribunaux et des transports, sont actuellement sans contrat avec le gouvernement Higgs, certains depuis très longtemps.  Les syndicats cherchent à obtenir une offre salariale équitable ainsi que des améliorations des conditions de travail.  L’offre actuelle du gouvernement ne fait rien pour améliorer la position douteuse du Nouveau-Brunswick au bas du classement des salaires du secteur public parmi les provinces.

 

« Si le premier ministre continue avec son approche “my way or the highway”, la crise dans les soins de santé et les crises émergentes dans la prestation d’autres services publics ne feront que s’aggraver », a poursuivi M. Melanson. « Au minimum, un médiateur indépendant devrait être nommé immédiatement et ramener les parties à la table de négociation afin d’éviter d’autres perturbations et une grève potentielle.  Je sais que la plupart des travailleurs et travailleuses préféreraient se présenter au travail – plutôt que de franchir le piquet de grève. »