Skip to content

La crise des soins de santé est urgente et nous ne pouvons plus attendre.

janvier 10, 2024Non classifié(e)

Les récits qui nous proviennent actuellement de patients et de travailleurs de la santé des salles d’urgence de toute la province sont absolument terrifiants. De trop nombreuses personnes attendent pendant beaucoup trop longtemps, dans les couloirs des hôpitaux et dans des conditions déplorables, afin de recevoir des soins de la part de professionnels de la santé qui font évidemment de leur mieux, mais qui sont soumis à d’énormes pressions. Les Néo-Brunswickoises et les Néo-Brunswickois méritent mieux que les soins de santé de corridors de Higgs.

 

Malheureusement, ces témoignages sont loin d’être surprenants. Depuis les dernières années, en tant que résidents du Nouveau-Brunswick, nous avons tous été forcés de nous attendre à un accès difficile aux soins d’urgence et aux soins primaires. Alors que le gouvernement Higgs continue de manquer à ses responsabilités et de minimiser le problème comme s’il s’agissait d’un simple fait commun à toutes les provinces, la situation du Nouveau-Brunswick ne cesse de se dégrader et de s’aggraver. L’inaction du gouvernement, son manque flagrant de leadership et l’absence totale de communication de sa part sont inacceptables. Les Néo-Brunswickoises et les Néo-Brunswickois méritent une réelle reddition de compte d’un gouvernement qui faillit encore une fois à la tâche et des mesures tangibles prises dès maintenant. La situation ne peut plus attendre.

 

Les temps d’attente dans les salles d’urgence, la pénurie de professionnels de la santé et l’engorgement de nos hôpitaux ne sont évidemment pas des problèmes nouveaux ou uniques, c’est vrai. Cependant, cela n’enlève rien à la nécessité et à l’urgence de trouver des solutions afin d’efficacement gérer la présente crise et d’élaborer dès maintenant de réels plans à court, moyen et long terme pour y remédier.

 

Les Néo-Brunswickoises et les Néo-Brunswickois méritent de recevoir des mises à jour ponctuelles et des directives claires de la Santé publique et du premier ministre. Il ne devrait jamais incomber aux travailleurs essentiels, aux patients et aux professionnels de la santé de dénoncer les situations désastreuses auxquelles ils sont confrontés, comme c’est actuellement le cas. Il serait pourtant facile pour le gouvernement de communiquer de façon proactive avec le public quant aux options disponibles afin de recevoir des soins urgents et d’expliquer ce qui peut être fait pour réduire la propagation des maladies transmises par voie aérienne. Par exemple, porter un masque N95 et rester à la maison lorsqu’on est malade sont des façons simples et efficaces de prévenir la transmission de maladies. Des directives claires permettraient au gouvernement de rétablir la confiance et de faire preuve de leadership. Pourtant, il choisit de demeurer silencieux et d’encore une fois abandonner les gens à eux-mêmes.

 

Il est inacceptable que le gouvernement choisisse de donner aux Néo-Brunswickoises et aux Néo-Brunswickois comme seul conseil de ne pas se rendre à l’hôpital. Il n’y a pas si longtemps, le ministère de la Santé donnait des instructions quotidiennes sur la façon de traverser la pandémie. Des communications régulières et appropriées reflétant la situation actuelle, avec des conseils sur la manière d’accéder aux soins de santé pendant les périodes de pointe telles que les congés, contribueraient grandement à réduire la peur, le stress et la confusion que les résidents du Nouveau-Brunswick éprouvent aujourd’hui. Ces directives sont plus importantes que jamais vu l’ampleur des changements survenus dans notre système de soins de santé au cours des dernières années. Savoir dans quelles circonstances on peut consulter un pharmacien ou comment obtenir un rendez-vous dans une clinique de soins urgents serait extrêmement utile, à ce point-ci de la crise.

 

Notre système de santé est confronté à de terribles pénuries, en particulier dans le secteur des soins d’urgence. Pour remédier à cette situation, le gouvernement devrait immédiatement approuver le financement temporaire d’un plus grand nombre d’heures payées aux travailleurs de la santé œuvrant dans les urgences et offrir des primes de rétention aux professionnels de la santé afin de prévenir leur départ. Nous traversons une sérieuse crise et cette mesure serait un moyen rapide et efficace d’endiguer l’hémorragie ou, tout au moins, de la ralentir considérablement. Cependant, la rétention du personnel doit absolument être accompagnée d’un effort agressif de recrutement. De plus, les modèles de pratiques ainsi que les outils doivent être modernisés et rendus plus pertinents et les travailleurs de la santé doivent se sentir respectés et écoutés. Pour que notre système de la santé fonctionne, nous devons absolument prendre soin des personnes qui prennent soin de nous et de nos familles. La crise que vous observons aujourd’hui est la conséquence directe du manque de respect flagrant et répété du premier ministre Higgs et de son gouvernement à l’égard de nos travailleurs de la santé depuis les dernières années.

 

Pendant la pandémie, les ministères et les réseaux régionaux de la santé se sont concertés et ont proposé des solutions afin de protéger nos hôpitaux et nos professionnels de la santé. Le système de congés d’hôpital en est un exemple. Pendant la pandémie de la COVID-19, il pressait de rendre les façons de faire plus efficaces et c’est pourquoi de nombreux ministères ont travaillé en étroite collaboration pour s’assurer que, lorsqu’un patient était prêt à obtenir son congé de l’hôpital, cela se faisait de manière prompte et efficace afin que le patient suivant ait rapidement accès à ce lit. Ce sentiment d’urgence semble avoir disparu, depuis, et le comité qui s’occupait de gérer la crise reste silencieux. Pourquoi?

 

Les Néo-Brunswickoises et les Néo-Brunswickois se présentent aux urgences parce qu’ils n’ont nulle part autre où aller. Le gouvernement Higgs doit absolument donner suite à ses promesses de longue date de mettre en place les cliniques communautaires de santé collaborative qui permettraient aux gens de bénéficier d’un endroit où recevoir des soins de santé. En outre, il doit mieux gérer les tarifs des soins accessibles après les heures de travail afin d’en améliorer l’accès le soir et la fin de semaine. De simplement dire aux gens de ne pas se présenter aux urgences n’est pas acceptable et les habitants de notre province méritent mieux.

 

Enfin, l’une des principales raisons pour lesquelles nos hôpitaux et nos salles d’urgence sont actuellement saturés est le nombre de patients âgés qui attendent une place dans des établissements de soins de longue durée. Il n’y a jamais eu autant de personnes âgées vivant à l’hôpital. Là encore, le problème n’est pas nouveau. Toutefois, l’absence totale de progrès dans ce dossier est extrêmement frustrante. Le Nouveau-Brunswick a dès maintenant besoin de davantage de travailleurs en soins de longue durée et de beaucoup plus de foyers de soins de longue durée.

 

Les ministères du Développement social et de la Santé doivent s’unir pour offrir de l’aide aux patients et à leurs familles. Les hôpitaux ne peuvent plus être la seule option qui s’offrent aux personnes âgées ayant besoin de soins. Qu’il s’agisse d’offrir de meilleures prestations aux aidants naturels pour permettre aux familles de garder leurs proches en bonne santé à la maison en attendant leur placement ou d’élargir les soins à domicile par le biais du Programme extra-mural, nos personnes âgées méritent d’avoir d’autres options que les hôpitaux. Les soins prodigués à nos aînés devraient être le standard de perfection selon lequel on juge notre société.

 

Les histoires que nous entendons actuellement sont déchirantes et horribles. Il était déjà plus que temps d’agir hier, mais le gouvernement Higgs a encore une fois complètement manqué le bateau. Nous devons absolument faire mieux que d’offrir à la population les soins de santé de corridors de Higgs.