Skip to content

Il faut des garderies abordables pour toutes les familles

avril 6, 2022Non classifié(e)

L’Opposition officielle du Nouveau-Brunswick demande au gouvernement Higgs de renforcer les programmes visant à améliorer l’accès aux garderies et à les rendre plus abordables afin d’assurer une réduction plus équitable des frais de garde dans la province.

 

« Le coût élevé des services de garde d’enfants peut représenter un fardeau financier important pour les familles et constituer un obstacle pour les parents qui cherchent à réintégrer le marché du travail », déclare Roger Melanson, chef de l’Opposition officielle. « Je suis heureux que le Gouvernement Higgs aient finalement accepté de s’attaquer à ce problème, mais ils ne sont pas allés assez loin. Il faut en faire plus pour que chaque famille ait accès à des services de garderie abordables. »

 

Dans sa forme actuelle, le programme offre une aide aux familles ayant des enfants de moins de cinq ans. Cela signifie que les familles qui utilisent actuellement des services de garderie après l’école ne verront pas de réduction de leurs coûts.

 

« Le coût de la garde des enfants d’âge scolaire représente toujours un fardeau financier pour de nombreuses familles. Tout le monde est touché par l’augmentation rapide du coût de la vie, le gouvernement Higgs devrait chercher des moyens d’alléger le fardeau de ces familles également », déclare M. Melanson. « L’accès et l’abordabilité vont de pair, mais le plan actuel ne va pas assez loin pour stimuler le recrutement et la rétention. Le secteur des garderies ne peut pas se permettre de perdre davantage de travailleurs et travailleuses! »

 

Le chef libéral intérimaire affirme qu’il s’agit d’un autre exemple de problème qui aurait pu être réglé grâce aux récents surplus financiers du gouvernement.

 

« Avec près d’un milliard de dollars de surplus consécutifs, le gouvernement Higgs aurait pu faire un investissement beaucoup plus important pour rendre les garderies plus abordables pour tout le monde au lieu, encore une fois, de s’attendre à ce que le gouvernement fédéral fasse tout le travail », affirme Roger Melanson. « Il y a la capacité et l’opportunité de faire plus que ce qui était prévu, ne la gaspillons pas ».