Les libéraux veulent que le codage soit enseigné dans les écoles

23 janvier 2014
2013-03-05-Saulniers

FREDERICTON – Un gouvernement libéral assurerait que plus d’étudiants dans les écoles au Nouveau-Brunswick soient exposés au codage comme étant un choix de carrière viable, a dit Brian Gallant, le chef de l’opposition.

« Plus que jamais, l’économie d’aujourd’hui nécessite la technologie et l’innovation, et nous devons éduquer les Néo-Brunswickois dans ce domaine afin d’être en concurrence, » a ajouté M. Gallant. « Plusieurs étudiants ne poursuivent pas les technologies de l’information et des communications (TIC) au postsecondaire à cause d’un manque de sensibilisation ou d’information. Nous avons une génération d’élèves qui est à l’aise pour utiliser la technologie, mais qui ne sont pas capable de créer de la technologie. Il est essentiel que nous commencions à développer ces créateurs. »

Un gouvernement libéral lancerait un Fonds d’éducation du codage du Nouveau-Brunswick. Ce financement serait offert aux enseignants qui font une demande et qui sont approuvés pour des projets, selon la portée du projet qu’un(e) enseignant(e) est prêt à entreprendre à son école. Les fonds seraient consacrés à la formation des enseignants, ainsi que pour toute technologie nécessaire.

« Nous envisageons l’évolution de ce projet au Nouveau-Brunswick année après année, tout comme le Fonds d’innovation en apprentissage qui a été déployé sous l’ancien gouvernement libéral, » a dit M. Gallant. « Par contre, ce nouveau fonds sera axé sur l’apprentissage de la science, la technologie, l’ingénierie et la mathématique. »

De plus, en partenariat avec le ministère de l’Éducation, un gouvernement libéral continuerait et améliorerait le processus de développement dans le cadre du module de codage du cours de technologie générale qui existe déjà dans les écoles secondaires du Nouveau-Brunswick. Un gouvernement libéral explorerait aussi l’idée d’engager un expert de codage provincial pour appuyer les enseignants dans leurs efforts pour perfectionner leurs compétences de codage et ensuite aider les élèves à apprendre à coder.

« Notre objectif serait de graduellement offrir davantage de cours tels que ceux-ci dans nos écoles, » a ajouté M. Gallant. « Nous croyons que c’est une étape cruciale pour développer plus d’entrepreneurs dans notre province, en plus de bâtir une nouvelle économie plus moderne. »

En 2011, le Conseil des Technologies d’Information du Nouveau-Brunswick (CTINB) a souligné les opportunités de croissance pour le secteur TIC dans notre province. Il a noté l’importance de la technologie pour accroître la productivité, améliorant ainsi la performance des secteurs économiques traditionnels comme la foresterie et la fabrication. De plus, la rémunération des emplois dans le secteur de TIC est environ 1,7 fois plus élevée que le salaire moyen canadien. Plus de travailleurs dans le secteur TIC au Nouveau-Brunswick signifierait plus de revenus et de recettes de la TVH pour le gouvernement.

Dans son rapport, le CTINB a noté que si le Nouveau-Brunswick pouvait élever ses exportations de TIC à la moyenne canadienne, il en résulterait une augmentation des exportations de 332 000 000 $, une augmentation d’un pour cent au PIB, et une somme supplémentaire de 192 000 000 $ en salaires et traitements, et 23 000 000 $ en impôts directs. Le CTINB prévoit que dans ce scénario, la province pourrait ajouter 3 200 emplois.

« Tous les emplois et le revenu potentiel qui sont disponibles avec le développement de notre secteur de TIC ne sont pas possibles sans l’éducation, » a ajouté M. Gallant. « Nous croyons que le codage dans les écoles est une bonne première étape, entre autres, pour aider le Nouveau-Brunswick à se rattraper aux autres pays comme la Finlande et l’Estonie lorsqu’il s’agit de l’éducation de la technologie et l’innovation. »

Parmi ses recommandations, le CTINB souligne le besoins d’augmenter le nombre de diplômés du secondaire qui s’inscrivent dans les programmes d’études menant à un diplôme de TIC, compte tenu des défis que le Nouveau-Brunswick doit relever pour attirer le talent provenant de l’extérieur de la province.

-30-

nouvelles récentes

suite

événements à venir